NOS COMPORTEMENTS DE NON DITS AU TRAVAIL : un effet miroir ?

Nos comportements « dire ou ne pas dire » sont plus souvent guidés par la peur de paraître incompétent, par la peur de mal faire, ou de décevoir…la liste est longue.

Pensez donc…si personne ne dit les choses, où va le monde (j’ai déjà entendu ça)

Sortir des non dits a plein d’avantages en comparaison aux inconvénients, outre celui de dépasser de vieilles croyances personnelles (qui nous pénalisent)  …lisez ceci…

  • Ne pas dire c’est remettre SON POUVOIR à un autre : en vous  mettant en position de ne pas dire,  vous êtes malheureusement le jouet de quelqu’un ( « objectalisation » dixit KG Jung)
  • Ne pas dire c’est cacher la réalité : ne pas tout dire, pour de bonnes raisons (il y en a toujours), pour protéger…correspond à déresponsabiliser l’autre et surtout, cela va entretenir ses « illusions » (par exemple, c’est au chef de « me prendre en charge », « c’est lui qui « me sauvera »)
  • Souhaiter que « les autres » soient responsables à votre place et se chargent de dire à votre place ce que vous pensez en votre for intérieur …n’est pas possible…il faudrait être grand clair pour deviner ce qui n’est pas dit et énoncé clairement par vous
  • Idem, si je réclame du temps à mon boss et que je m’en plaint, demandez vous d’abord si vous donnez assez de votre temps à vos collaborateurs ? je ne parle pas du temps qui passe sur votre montre, mais de la vraie écoute accordée aux autres (on croit qu’on écoute alors qu’on parle souvent à la place des autres et qu’on les empêche de donner leur avis)  : ceci équivaut exactement au fait de ne pas donner de temps aux collaborateurs.
  • En ne disant pas les choses..…nous allons jusqu’à nous manipuler nous même…Nous cachons (nous omettons, nous embellissons les situations, nous nous abstenons de dire, par peur…peur du jugement ? Conséquences ? des situations inconfortables qui nous mettent en position de « SAUVEUR » (le sauveur ne demande rien à personne et fait tout seul ou tout pour les autres). Chaque sauveur se plaint ensuite de ne pas avoir de reconnaissance…Souvent j’entends « tel boss ne me dit pas tout », « il ne m’écoute pas », « il me manipule pour arriver à ses fins ». Pour ne plus être manipulé (si c’est votre ressenti), acceptez de vous révéler à vous même et acceptez de vivre la vie que vous aimeriez avoir. On se manipule tous nous mêmes à accepter l’inacceptable …alors avant de trouver en l’autre un coupable facile, il vaut mieux vérifier en soi où nous en sommes de nos propres « manipulations » (contre nous mêmes; sous la forme de petits arrangements..et d’ailleurs, nous ne nous disons pas tout à haute voix…)
  • Quelqu’un d’important a dit dans le passé ; « qui es tu pour juger l’autre » ? je crois que je comprends..en effet, qui est-on pour dénoncer celui qui nous « ment » et nous « manipule »,  alors que, pour commencer, nous nous « mentons » tous les jours à nous même…nous nous manipulons nous mêmes. On « ne dit pas » alors qu’il faudrait certainement oser dire…on continue une relation alors qu’elle est terminée,  on accepte volontiers de payer très chère la place d’un match de foot et l’idée qu’un joueur de foot gagne 30 millions de dollars mais on dénonce les millions de tel PDG en partance…qui est on pour dénoncer alors que nos pratiques sont de la même « nature » que ce que nous dénonçons  ? « Cessons d’être gentils. Soyons VRAIS » (Merci Thierry d’Assembourg. Très bel ouvrage que je conseille)
  • Qui sommes nous pour « dire aux autres ce qu’ils devraient faire si nous mêmes nous ne nous appliquons pas cette règle ? (en tant que rédacteur, je me mets aussi dans la liste, dont worry..j’ai encore des parties sombres)
  • NE PAS SAVOIR DIRE NON C’EST NE PAS SE RESPECTER SOI MEME et comme conséquence, celle de rentrer dans une spirale ou vous ne serez « pas respecté » (ou du moins vos aurez cette impression d’être « utilisé par »)
  • Or, dire non c’est : préserver l’autre et parfois lui « sauver la vie »
  • Anticiper les demandes de ses collaborateurs, de sa hiérarchie c’est pro ..mais à force…c’est risqué…ils pourront en abuser.. et vous, vous finirez par vous en agacer et eux se retourner contre vous (réf : le triangle de S. Karpmann, triangle dramatique, ou cf. le joli film de gérard jugnot « Oui, mais « ),
  • Enfin, si vous persistez à ne pas savoir dire non, sachez que ça porte un nom : le « SAUVEUR » (réf : analyse transactionnelle). Il agit ainsi pour obtenir des signes de reconnaissance. Le besoin de  RECONNAISSANCE PERSONNELLE nous fait comettre des actes que nous pourrions regretter. Souvent, nous nous SUBSTITUONS à QUELQU’UN (qui a pourtant 2 jambes et 2 bras),  on fera à sa place…mais nous ne recevrons rien en retour. Enfin, « sauver l’autre » (faire à la place, en faire plus que de mesure)  c’est le « surprotéger » et donc lui cacher la réalité et lui enlever une chance de s’y mettre lui même.

Alors dire ou ne pas dire ? telle est la question. Ce que je voulais expliquer ici c’est qu’il vaut mieux se regarder soi même dans un miroir (preuve d’humilité) avant d’aller s’en prendre à quelqu’un. On parle bien « d’effet miroir »).

Ces quelques lignes ne sont pas une leçon de morale de ma part. Voyez cela comme de la bienveillance et un bon conseil qui  vous économiseront bien des souffrances morales au travail.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s